Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

PEREIRA PRETEND

Code EAN13: 9782848659145

Auteur : GOMONT / TABUCCHI PI

Éditeur : SARBACANE


   Disponible
Résumé :

Après de Nuits de Saturne, Pierre-Henry Gomont nous emmène dans le Portugal de Salazar. Lisbonne, Portugal, en pleine dictature salazariste, fin juillet 1938. Dans une ville enveloppée d'un "suaire de chaleur", un journaliste vieillissant, le doutor Pereira, veuf, obèse, cardiaque et tourmenté, rédige chaque jour depuis plus de trente ans la page culturelle du quotidien très conservateur, le Lisboa.
Dans cette vie endormie, déboule un certain Francesco Monteiro Rossi… et, de façon tout à fait inattendue, Periera l'engage. Mais le jeune pigiste, au lieu d'écrire les sages nécrologies que Pereira lui a commandées, lui remet des éloges aussi sulfureux qu'impubliables de Lorca et autres Maïakovski, ennemis avérés du régime fasciste. Et là encore, au lieu de congédier ce dangereux collaborateur, le doutor Pereira le garde, se prend peu à peu d'amitié pour lui, puis pour sa mystérieuse et belle compagne, qui se révèle être une fervente combattante révolutionnaire, au service des républicains espagnols.
Devenue une oeuvre emblématique de la résistance au totalitarisme et à la censure, Pereira prétend raconte la prise de conscience d'un homme confronté à la dictature. Ou quand un homme décide de se battre la plume au poing !
  • ean
    9782848659145
  • Auteur
  • Éditeur
    SARBACANE
  • Genre
    BD - Manga - BD - Comics - BD - Manga - BD - Comics
  • Date de parution
    03/09/2016
  • Support
    Relié
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    1002 g
  • Hauteur
    299 mm
  • Largeur
    223 mm
  • Épaisseur
    18 mm
Aucune actualité liée

Coup de cœur de Magali: Cette bande dessinée est tirée d’un roman écrit par l’italien Antonio Tabucchi en 1994. L’histoire se passe au Portugal, à l’époque de Salazar, à l’aube de la seconde guerre mondiale. Doutor Pereira est un journaliste vieillissant qui s’occupe de la page culturelle du journal catholique le Lisboa. Chaque semaine, il traduit des textes d’auteurs français, parle au portrait de sa femme (il est veuf depuis quelques années) et va se confesser à l’église quand il est confronté à des soucis. Il est obèse à force de ne manger que des omelettes et de boire de la citronnade beaucoup trop sucrée.

Il prétend qu’un jour, il a lu par hasard un article dans un journal trouvé le bus écrit par Francesco Monteiro Rossi, un étudiant en philosophie. Sans savoir pourquoi il a eu besoin de le rencontrer puis de l’embaucher afin d’écrire des nécrologies d’auteurs encore vivants. Mais le jeune écrivain s’obstine à ne lui proposer que des textes impubliables et militants qui ne le laissent portant pas indifférent.

Cette bande dessinée proposée par Pierre-Henri Gomont montre très bien les questionnements puis la métamorphose du héros face au régime salazariste. Admirable!